Admin

AE Radio

Zone blanche

Documentaire Témoignage Archive Interview

En zone blanche s’invite la parole, le signifiant. Y sont déposées les traces des activités qui gravitent autour de l’engagement artistique de l’AEradio – enregistrements, captations en direct d’ateliers ou de conférences, discussions, événements divers. En cela, la zone blanche est en partie fondée sur le modèle du flux continu, de ce qui est en train. On y trouve aussi ce qui a été, ce qui a annoncé, raté, mûri.

Tout jadis. Jamais rien d’autre. D’essayé. De raté. N’importe. Essayer encore. Rater encore. Rater Mieux.

Ces archives ne sont pas considérées comme les reliquats d’activités artistiques, mais bien comme les données qui invitent, qui fondent l’écoute. L’archive est un commencement (Arkhè = l’origine, le Premier Principe). Leur consignation confère à l’auditeur un pouvoir discursif dont les enjeux ne sont pas la construction d’une narration univoque, mais l’exploration et l’agencement libre d’une pluralité de signes. Ces témoignages, individuels ou collectifs, sont la mémoire prothétique (Derrida) de l’AEradio, constituée de réussis historiques, d’essais radiogéniques ou de documents décontextualisés, mis en regard des expériences plastiques proposées par la radio.

Zone bleue

Flux continu Recherche en situation

La zone bleue de l’AEradio est celle du flux continu. Sans programmation détaillée, elle donne à vivre un temps brouillé, et fait l’exercice d’une attitude radiophonique où l’écoute se déplace librement entre les sphères passives et actives. Elle n’accapare pas l’attention de l’auditeur, tantôt la relance ou échoue à le faire, mise sur son détachement, son inconstance. Des micro-événements peuvent apparaître, qui bouleversent ou (re)synchronisent la perception. La fabrication de ces « silences », productions continues et égales de matière sonore, est le lieu de rencontre fortuite avec des propositions plastiques rendues quasi-anonymes.

La radio est un hôte permanent et, comme on sait, on ne fait pas de manières avec ce type d’invités : la vie suit son cours exactement comme s’ils n’étaient pas là.

Sans devenir synonyme de désengagement, la zone bleue de l’AEradio est celle d’une habituation à l’information sonore. Intégrée elle aussi à l’espace de vie de l’auditeur, son appropriation est libre, intime. Elle abandonne le son signifiant, et en cela, elle permet l’exploration du « caractère sonore » (Max Neuhaus), strate auditive innée, non culturelle, de signification, qui s’ajoute au langage.

Zone rose

Œuvres

La zone rose de l’AEradio est exclusivement dédiée à la diffusion d’œuvres sonores plastiques. Sa programmation détaillée – artiste, durée, protocole d’écoute - invite à une écoute attentive qui intégrera le champ domestique, sans pour autant dénaturer les données du quotidien. Les œuvres d’art sonores confrontées à cet espace intime appellent à quitter le régime de la distraction pour celui d’une écoute consciente. Cette écoute, « anonyme » dans la réception, n’est pas contaminée par les attentes, les codes et les contraintes sociales des lieux publics.

Accompagnées de protocoles de diffusion, ces œuvres proposent au spectateur/auditeur de construire sa propre écoute, de prendre en compte les données « préparatoires » qui accompagne cette mise en œuvre, de comprendre les données plastiques qui peuvent altérer, déplacer, constituer des zones, des seuils dans l’espace de la pièce sonore.

Les lieux les plus prestigieux de l’action sonnante, les acteurs sonores les plus compétents, la transparence acoustique des climats écoutés ne constituent pas a priori des espaces heuristiquement ou pédagogiquement plus féconds que d’autres.

Login



AE Radio Podcast